Notre Numéro 1:

Tropezia Palace

Tropezia Palace

Le Backgammon

Backgammon

Le backgammon est un jeu ancestral surtout populaire à travers le Moyen-Orient, où il est souvent un passe-temps favori dans les cafés. Il est devenu un des jeux en ligne favoris, avec des tournois réguliers. Voici un historique complet de ses origines et évolution à travers les ages.

 

Historique

Le backgammon est la version anglo-saxonne du jacquet et du trictrac, eux-mêmes héritiers d'une grande famille de jeux de pions utilisant 72 lignes, déjà joués sous l'Empire Romain. Le backgammon fait l'objet de compétitions internationales.

Le jeu de Backgammon appartient à la famille des jeux de plateaux et avec le jeu de go, fait partie des jeux de tables les plus anciens. Son origine remonte à l’Egypte antique où ce jeu s’appelait « la tabula ». En France, il faut remonter à l’époque de Rabelais en 1534, pour trouver la trace de ce jeu, appelé autrefois « toute table ». Ce n’est qu’après que Napoléon fut déchu qu’il prit le nom de Backgammon. Il existe de nos jours le championnat du monde de Backgammon qui a lieu chaque année à Monaco.

 

 

Le but du jeu

L’objectif est de sortir ses pions en premier en empêchant l’adversaire d’avancer. Utilisant les mêmes talents que les jeux de poker, ce jeu nécessite une réflexion stratégique comme le calcul des probabilités, mélangée au facteur chance. Un dé appelé « videau » pimente la partie lors des « cash games » car il permet de doubler les enchères en plein milieu de la partie.

 

Le Plateau

Le tableau comporte 24 flèches réparties en 4 jans (quarts de tableau) de 6 flèches chacun. Le tableau est coupé en deux par une « barre ». La figure montre comment les deux joueurs doivent placer leurs pions au départ. La marche des pions se fait dans un sens pour un joueur et dans l'autre sens pour son adversaire (les flèches de sortie montrent les sens respectifs). La marche complète des jetons de chaque joueur se fait en fer à cheval, en partant du jan intérieur adverse jusqu'à arriver dans son jan intérieur à soi, qui est la dernière étape avant la sortie de ses pions.

 

Déplacements au Backgammon

Les joueurs lancent les deux dés chacun son tour avec le gobelet. Lors des tournois un joueur n'est pas autorisé à lancer les dés avant que son adversaire a retiré les dés du plateau.

 

Libèrer ses pions

Lorsqu’un pion se trouve sur la barre centrale, son propriétaire ne peut faire un déplacement. Il doit d'abord libérer le pion. Pour ce faire, il le déplace grâce aux dés en le faisant partir du point le plus éloigné, c'est-à-dire comme s'il était hors du jan intérieur adverse. Si le lancer de dés ne suffit pas à lui faire libérer tous ses pions, il doit passer et attendre un meilleur lancé.

 

Sortir ses pions

Le joueur ne peut commencer à faire sortir ses pions que lorsqu'ils sont tous réunis dans son jan intérieur. Pour faire sortir un pion, le joueur utilise un déplacement qui est supérieur au nombre de flèches restantes. Prenons l'exemple précédent et admettons que tous les pions blancs soient dans le jan intérieur. Pour faire sortir le pion situé en B5, le joueur doit faire au moins 5 (un 4 est insuffisant car il le pousserait sur la dernière flèche sans le faire sortir du tableau). S'il obtient 5-5, il peut faire sortir 4 pions d'un coup, de préférence les deux situés en B5 et le deux situés en B4. Le premier qui a sorti tous ses pions du tableau a gagné la partie.

 

Le videau ou vido: outil stratégique

Il s'agit d'un dé spécial qui porte sur ses faces les nombres 2, 4, 8, 16, 32 et 64. On l'utilise quand on joue un match aux points. Il perd de son intérêt quand on joue une partie isolée. En général, en début de partie, le videau est posé sur la barre centrale sur la position 64.

Le joueur, à n'importe quel moment de la partie, peut décider d'augmenter l'enjeu en utilisant le videau. Il le tourne alors sur 2. L'adversaire a .deux possibilités:
•soit, jugeant qu'il n'a pas assez de probabilité de gagner cette partie, il décide de ne pas poursuivre et déclare forfait, donc perdant.
•soit il relève le défi et accepte de doubler le pari.

Un videau à 2 peut être encore augmenté plus tard: l'enchérisseur le fait alors passer à 4. Puis, plus tard encore, l'enchérisseur peut le faire passer à 8, etc. Le nombre marqué par le videau est le coefficient multiplicateur des points. L'enchérisseur est le seul qui puisse continuer à surenchérir ensuite. Cette subtilité pousse naturellement chaque joueur à attaquer en premier.

On conclut qu'il y a trois façons de gagner au backgammon :
• quand on sort ses pions en premier;
• quand on propose le videau et que l'adversaire préfère abandonner;
• quand l'adversaire abandonne directement la partie, s'estimant déjà battu.

 

Gammon et Backgammon

Il y a 3 victoires de fin de partie:
• sortir tous ses pions avant son adversaire s'il en a déjà sorti au moins un ;
• sortir tous ses pions avant que l'adversaire n'en sorte un : c'est un gammon ;
• sortir tous ses pions alors qu'il reste des pions adverses sur la barre ou dans le l.m intérieur du gagnant: c'est un backgammon.

En dehors d'un match, une règle habituelle du grand joueur jacobv précise qu'on ne tient pas compte des gammons ni des backgammons si le videau n'a pas été proposé.

 

Les Points

  • Quand on gagne une partie sans videau, on marque 1 point.
  • Quand on gagne une partie avec videau, on engrange le nombre de points marqués par le videau, que l'adversaire ait accepté ou refusé le videau. quand on gagne un gammon, on multiplie par 2.
  • Quand on gagne un backgammon, on multiplie par 3.
  • Quand on gagne suite à l'abandon de l'adversaire, on gagne 1.

 

Un match peut se disputer dans un nombre de points défini à l'avance. En général une partie lors d'un tournoi se joue en 5 points, la finale en 11 points.