Notre Numéro 1:

Tropezia Palace

Tropezia Palace


Après deux ans d’observation, Simon Davies dénonce les mauvaises pratiques du secteur des jeux de hasard en ligne en matière de respect de la vie privée et de protection de l’information.

Fondateur de Privacy International, Simon Davies critique vivement le secteur des jeux de hasard en ligne qui ne protège pas la vie privée de ses joueurs de façon adéquate et ne respecte pas les principes fondamentaux de la protection des informations.

Le plus souvent, les sociétés se retranchent derrière la faible législation des paradis fiscaux où elles sont établies au lieu de respecter les normes plus strictes de l’Union européenne. « Ce secteur économique florissant vogue sur un océan d’illégalité institutionnelle qui met en péril des dizaines de millions de ses clients », écrit-il sur son nouveau blog, PrivacySurgeon.org.

Des informations conservées de façon permanente…

Après avoir scruté le secteur pendant plus de deux années, Davies en décrit les mauvaises pratiques qui y fourmillent.

« Il existe une poignée d’opérateurs en ligne qui, dans une certaine mesure, font un effort de justice et de conformité. Il y a aussi des exemples de législateurs qui ont tenté de faire leur travail. En général, cependant, les pratiques du secteur des jeux de hasard en ligne en matière d’informations personnelles relèvent de territoires dénués de lois. » écrit-il.

Les sites recueillent ainsi de grandes quantités d’informations sensibles concernant leurs utilisateurs (passeport, permis de conduire, facture, etc.) et les conservent de façon permanente. Même lorsque ces informations ne sont plus nécessaires, elles ne sont pas supprimées.

…et impossible à supprimer

Davies a ainsi ouvert des comptes sur quelque 12 sites de jeu de hasard en ligne pour tester leurs politiques de confidentialité et de protection de l’information, après quoi il a tenté de fermer ces comptes en demandant une suppression de totale de toutes les informations le concernant.

Il en est arrivé à la conclusion qu’« il est extrêmement difficile de fermer un compte de jeu de hasard en ligne et, selon mon expérience, impossible de faire supprimer ses informations ».

Lorsque Privacy International avait critiqué eBay pour les mêmes raisons, alors que les autorités refusaient pourtant de prendre aucune mesure, le géant des enchères en ligne avait ordonné à ses ingénieurs de trouver une solution et avait mis en place dans les six mois une procédure complète de suppression de compte. Un exemple dont bon nombre d’acteurs du secteur des jeux de hasard en ligne pourraient s’inspirer.


Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
password
 

busy