Notre Numéro 1:

Tropezia Palace

Tropezia Palace


L’Italie se hisse à la première place du classement mondial des plus gros parieurs et voit le lancement d’un casino en ligne destiné aux gays.

Malgré la conjoncture actuelle marquée par la crise économique internationale, qui n’a pas épargné l’Italie plus qu’aucun autre pays, il apparaît que les Italiens, au cours des 12 derniers mois, se sont imposés comme les plus gros parieurs de la planète avec plusieurs milliards d’euros de mises.

Des résultats impressionnants

En Italie, le poker en ligne est légal depuis 2008 et des licences de jeux de casino en ligne et de poker en cash game sont à présent délivrées depuis juillet dernier par l’Amministrazione Autonoma dei Monopoli di Stato, organisme relevant de l’administration financière italienne.

Mais le succès ne se limite pas à Internet. Le marché des jeux terrestres, qui s’élevait à 14 milliards d’euros en 2000, a atteint en 2011 les 80 milliards d’euros.

Une surprise ?

Ne devrait-on pas s’étonner, en cette période de crise et de réduction du pouvoir d’achat, de ce succès des jeux d’argent ? En réalité, d’après certains spécialistes, la crise économique permettrait justement d’expliquer ce phénomène. Les jeux d’argent en tous genres suscitent le rêve et l’espoir de changer de vie, de ne plus être à la merci des problèmes financiers du quotidien.

Et les gays dans tout cela ?

Illustration parmi tant d’autres du dynamisme des jeux d’argent en Italie, Gay.it, un webzine LGBT (entendez : Lesbiennes, Gays, Bi et Transgenres) a récemment lancé GayPlay.it, un casino en ligne proposant une « atmosphère exclusive » selon les codes de la culture gay et donc destiné à ce public.

Présenté comme une volonté de combattre les stéréotypes véhiculés par les casinos traditionnels, cette initiative n’est pas la première du genre et on ne peut que souhaiter à ce site d’avoir plus de succès que ses défunts prédécesseurs.

Quant à savoir si la volonté première est effectivement une noble lutte pour des valeurs de liberté, d’équité et de reconnaissance plutôt que le ciblage d’un public particulier de joueurs à des fins de profit, on laissera à chacun le soin de se forger sa propre opinion.

En définitive, l’Italie a effectivement quelques cartes à jouer.


Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
password
 

busy